Chaque année de nombreuses familles mais aussi des jeunes isolés étrangers s’installent à Marseille. Si les services de l’Etat et les acteurs associatifs de l’Académie d’Aix-Marseille ont depuis longtemps pris la mesure de l’immense  tâche éducative nécessaire pour l’ensemble des migrants, ils constatent l’inquiétante situation  de ceux de plus de 16 ans qui sont souvent trop âgés pour intégrer les dispositifs du type MODAC, APA, DAI…

En octobre 2011, la Direction Académique 13 et la Préfecture des Bouches du Rhône ont sollicité les PEP 13 pour élaborer en partenariat un projet concernant ces jeunes de plus de 16 ans afin qu’ils acquièrent les savoirs de base qui les rendront autonomes, capables de communiquer ; pour en orienter certains vers des dispositifs de droit commun (apprentissage, orientation professionnelle, emploi…) et pour permettre à d’autres une scolarisation adaptée.

L’Association Départementale des Pupilles de l’Enseignement Public possède une forte et longue expérience en  matière d’actions éducatives de proximité, en complémentarité avec l’école.

A ce titre, elle s’est engagée pleinement dans ce projet.

PUBLIC

Le dispositif suppose un lieu d’accueil et un entourage professionnel adapté, afin d’aider ces jeunes à accéder à une réelle citoyenneté, condition indispensable à une insertion dans la société.

Il est prévu pour une cinquantaine de jeunes évalués par le CASNAV, il est  organisé en 2 groupes :

  • un groupe Passerelle qui  a pour objectif d’intégrer ultérieurement, dans de bonnes conditions, une classe de lycée dès que les bases nécessaires seront réunies.
  • un second groupe (divisé en deux sous-groupes) qui a pour objectif l’acquisition des savoirs nécessaires à l’insertion sociale et professionnelle.

Ce groupe bénéficie de 18h de cours par semaine (8 heures de français, 2 heures de mathématiques, 3 heures d’apprentissage de la vie citoyenne : sorties, visites, recherches personnelles accompagnées…et 2 heures de soutien individualisé).

Le dispositif s’accompagne :

  • d’un professeur ayant de solides connaissances en informatique pour conduire des ateliers d’enseignement adapté par ordinateur notamment avec l’utilisation de logiciels gratuits de Français Langue Etrangère,
  • de 3 animateurs pour encadrer les jeunes lors des sorties culturelles mais aussi pour les aider dans leurs démarches administrative, soutenir leurs apprentissages et faciliter la socialisation et les échanges.

Le savoir-vivre ensemble, la solidarité, la tolérance, l’acceptation des différences ne sont pas innés, ils s’acquièrent.

CIRCUIT POUR  L’APPRENANT

  • Evaluation de l’élève nouvellement arrivé par le CASNAV, « mettant en évidence ses savoir-faire en langue française (…), ses compétences construites dans sa langue de scolarisation antérieures(…), ses savoirs d’expérience (…) et ses intérêts »,
  • Demande de scolarisation auprès de la Direction Académique des Bouches du Rhône,
  • Si les dispositifs, type Lycée général, technique ou professionnel, les classes APA, et le MODAC ne peuvent l’intégrer : orientation vers le dispositif JANA + 16 des Pupilles de l’Enseignement Public 13,
  •  A l’issue du stage : orientation vers les dispositifs de droits commun

OBJECTIFS ET MOYENS

  • offrir aux jeunes un accueil immédiat et rassurant ainsi qu’à leur famille ;
  • faciliter  l’apprentissage de la langue française parlée et écrite en créant les conditions pour motiver, développer la curiosité, donner envie…
  • mettre en place des réponses adéquates à leurs besoins et à leurs questionnements ;
  • développer des comportements et attitudes socio-professionnelles adaptés à un futur emploi ;
  • pour les scolarisables, instaurer un système «  passerelle » afin qu’ils puissent intégrer dans les meilleures conditions le système éducatif (l’intégration du jeune dans certains cours ou certaines activités du lycée pourrait être envisagé de manière ponctuelle et/ou régulière) ;
  • élaborer un Projet Personnalisé Individuel prenant en compte les aptitudes et motivations (notamment par l’utilisation d’un carnet de bord) ;
  • informer sur les dispositifs dans lesquels ils peuvent s’inscrire à l’issue de leur stage ;
  • être capable d’effectuer toutes les démarches nécessaires de la vie quotidienne ;
  • permettre des pratiques sportives et culturelles pour favoriser les échanges.

MISE EN OEUVRE

  • constituer  les groupes de jeunes, en fonction des âges et des niveaux d’acquisition pour une meilleure approche de la langue française parlée et écrite,
  • impliquer les parents, assurer le conseil et le suivi des familles en matière éducative,
  • élaborer un contrat liant l’apprenant, les familles, l’enseignant et l’association (respect des règles de vie, engagement du jeune dans la régularité  de sa participation, etc…..),
  • favoriser un suivi individualisé (CASNAV, CIO, MGI…),
  • assurer une fonction d’observatoire afin de détecter ceux qui sont en souffrance,
  • permettre au stagiaire de découvrir l’environnement proche (visite de structures importantes de la Ville : administratives, économiques, patrimoniales) et plus lointain (par exemple au travers de journées organisées au Centre Les Flots à Sanary…).
  • l’accompagnement par le parrainage d’un adulte pourrait assister le jeune dans l’élaboration et la réalisation de son projet de vie.

La conduite de cette action induit la participation de nombreux autres partenaires pour sa réussite (le Directeur de l’Association qui reçoit ce stage dans les locaux marseillais des PEP, les responsables du MODAC, de la Mission Locale, de la Mission Générale d’Insertion, le Conseil Régional et diverses associations déjà engagées dans des actions auprès des ENAF et de leur famille).      

EVALUATIONS

Concernant l’apprenant :

  • Fréquentation régulière du dispositif
  • Evaluation type contrôle continu de type de carnet de bord
  • Evaluation formative sur ses savoir-faire et savoir-être
  • Evaluation en fin de cursus les compétences acquises pour permettre une orientation vers les différents dispositifs (DILF)

Concernant le dispositif :

  • Au fur et à mesure de l’évolution du projet, les éventuels dysfonctionnements seront repérés. Des adaptations seront mises en œuvre pour y remédier  
  • Réunion régulière (tous les 15 jours) de l’ensemble des participants afin de réguler et de coordonner.
  • Réunion informative des partenaires du projet afin d’établir un bilan d’étape bimestriel
  • Etude statistique rassemblant les données sur l’évolution de chaque jeune et de chacun des groupes.

LES EVOLUTIONS DU DISPOSITIF

En 2016,  JANA+16 a été reconduit et s’étalait sur 7 mois. 9 heures de cours de Français et 3 heures de mathématiques ont été dispensés par semaine. Il a concerné 45 jeunes susceptibles d’entrer en lycée professionnel en septembre.

A l’automne 2017, la Préfecture (fonds CGET) est toujours un partenaire financier indispensable au dispositif.
Une partie de l’aide attribuée par les « Fondations Bruneau » et « René Fournier pour l’Enfance Malheureuse » (sous l’égide de la Fondation de France) contribue également au financement.

La Région Provence Alpes Côte d’Azur a soutenu JANA jusqu’en 2015, mais depuis 2016, la Région ne finance plus cette action.

Le Département 13, bien que concerné puisque JANA forme plusieurs mineurs isolés étrangers, n’a jamais participé au financement de cette action.

La Ville de Marseille met gracieusement à disposition une partie des locaux utilisés (également en convention avec les DDEN).

Une subvention du Fonds Social Européen (FSE) a été sollicitée. Elle permettra d’augmenter de 35% le nombre de jeunes pris en charge (de 45 à 60 jeunes). La décision sera rendue le 8 décembre 2017 mais le dispositif 2017/2018 débutera le 1er décembre.

L’absence financement de la Région et du Département sera supporté par les PEP 13 sur fonds dédiés. il sera très important : de l’ordre de 25 000 euros.

jana

partenaires et soutiensliensdispositifs complémentaires jana

JANA – LP

En janvier 2015, les PEP 13 ont proposé une évolution majeure du second dispositif pour permettre de suivre les jeunes après leur entrée dans un Lycée Professionnel. JANA-LP a pour but de renforcer leur connaissance de la langue française par des cours de soutien qui compléteront les cours reçus dans leur établissement scolaire.

Ainsi, après 6 mois de stage JANA+16 (ou action similaire dans d’autres associations), les jeunes entrant en lycée professionnel bénéficieront d’heures de français intensif dans le cadre de JANA-LP afin de favoriser leur persévérance scolaire et donc leur réussite.

Cette action mise en place en 2015 s’intègre dans un dispositif global extrêmement ambitieux développé par les PEP 13 afin de favoriser la persévérance scolaire : « Courte Echelle ». Ce dispositif est basé sur trois volets distincts :

  • Volet 1 : Accompagnement 6ème-5ème (en attente de financements)
  • Volet 2 : Suivi et accompagnement des élèves allophones en Lycée professionnel (action présentée ici)
  • Volet 3 : Accueil adolescents (voir page SAPAD).

En 2015, JANA-LP s’est poursuit dans 6 Lycées professionnels durant 5 mois et concerne 67 jeunes.

JANA PARCOURS CITOYEN

Un nouveau dispositif a été mis en place en décembre 2015 pour une durée de 5 mois : JANA-Parcours Citoyen. Le but est de donner à des jeunes primo-arrivants les bases de la vie dans notre République : maitrise élémentaire de la langue  française, renfort des acquis en mathématiques mais aussi apprentissage de la vie citoyenne, connaissance des institutions, savoir s’orienter et s’intégrer dans la société…


Afin d’accueillir ce nouveau dispositif, Les PEP 13 ont sollicité la Ville de Marseille afin d’obtenir une nouvelle salle de cours dans les locaux de La Boiseraie. Les travaux de rénovation et de réorganisation de ces locaux (service SAPAD inclus) se sont déroulés en février 2016.

A partir de 2017, les modalités spécifiques liées au Parcours Citoyen ont été intégrées à l’action JANA + 16.

 

 

 

Fermer le menu